L’aviron contre le cancer du sein


C’est actuellement « Octobre Rose » : un mois dédié à la lutte contre le cancer du sein. Pour aider les femmes opérées à prévenir les récidives, certaines équipes leur proposent de pratiquer l’aviron. Et ce n’est pas par hasard.

La relation entre l’activité physique et le cancer du sein a été largement étudiée, avec plus de 60 études publiées en Amérique du Nord, en Europe, en Asie et en Australie. Toutes convergent : une activité physique régulière diminue de 30% environ le risque de développer un cancer du sein, surtout après la ménopause. Ces études montrent aussi qu’elle réduit de 30% -et parfois même jusqu’à 50%- le risque de récidive. Le sport est un médicament que les cancérologues recommandent désormais à leurs patientes! Toutes les activités sont intéressantes, à condition d’être pratiquées régulièrement, au moins trois fois par semaine, de préférence dans un cadre médical. Récemment des professionnels de santé, en partenariat avec la Fédération Française d’Aviron, ont mis au point un programme intitulé « Aviron Santé ».

Vaincre la fatigue

« L’aviron est particulièrement adapté aux femmes opérées du sein. Ce sport amène à réaliser un geste symétrique et donc bénéfique pour la posture. Souvent, après la chirurgie, elles ont une attitude de protection du sein, elles ont tendance à se replier sur la zone opérée. La pratique de l’aviron leur permet de se redresser », explique Jocelyne Rolland, kinésithérapeute. Autre bénéfice : l’aviron permet de renforcer la musculature. Un atout pour les patientes traitées par chimiothérapie, et qui voient parfois fondre les muscles des jambes. « Ce sport peut-être pratiqué à toutes les étapes: après la chirurgie, pendant la chimiothérapie, et ensuite pendant l’hormonothérapie. 80% des femmes sont fatiguées par ces traitements. L’activité physique endurante et musclante, dont fait partie l’aviron, combat cette fatigue. C’est même, à l’heure actuelle, le principal traitement cette fatigue », souligne Jocelyne Rolland. Faire du sport sur l’eau, au contact de la nature, avec d’autres femmes, en groupe, c’est aussi un moyen de renforcer le moral et le bien-être de ces femmes. D’ailleurs un certain nombre d’entre elles se piquent au jeu, et participent ensuite à des compétitions d’aviron. Un beau challenge après un cancer du sein.

 

Brigitte-Fanny COHEN