Thalasso : bien-portants ou malades, mais tous sportifs !


Peu de personnes arrivent à pratiquer régulièrement une activité physique. Mais la thalassothérapie peut venir au secours des sédentaires.

Toutes les études scientifiques publiées ces dix dernières années l’affirment : nous devons faire de l’exercice au moins 3 fois par semaine, et au minimum 40 minutes par séance. Ces recommandations concernent tout le monde : les bien-portants mais aussi les patients souffrant d’obésité, de cancer, de diabète, de maladies cardio-vasculaires … A la clef, un bénéfice démontré pour la santé physique et mentale. Mais les études montrent aussi qu’une faible minorité d’entre nous y arrive. C’est pourquoi un nouveau centre de thalassothérapie en Bretagne a conçu une cure d’une semaine pour reprendre le sport en douceur et l’inclure dans sa vie quotidienne. Un programme personnalisé, accessible à tous y compris aux personnes ayant une maladie chronique. « On privilégie, pour les curistes qui ont arrêté le sport depuis longtemps, des activités ludiques comme l’aquabike et l’aquatraining qui se pratiquent dans la piscine d’eau de mer chauffée car, dans l’eau, le poids du corps est diminué : il est donc possible de travailler avec une intensité plus importante en se remusclant sans risque de blessure », explique le Dr Maud Gerbaud, du Relais Thalasso de Pornichet.

Se relaxer après l’effort

Même principe avec le « Longe-côte » : une marche au bord de l’océan, en combinaison de plongée, avec de l’eau jusqu’à la taille : ce qui permet de diminuer les charges pesant sur les articulations et d’effectuer un travail musculaire plus soutenu. Les curistes peuvent choisir d’autres sports comme la marche nordique ou le jogging. « Des soins de thalassothérapie sont également proposés chaque jour : des modelages décontracturants, des bains relaxants, des jets drainants et des applications d’algues chaudes. L’objectif, c’est de favoriser une meilleure récupération après l’effort physique qu’on aura fait le matin », poursuit le Dr Gerbaud. Le bilan de fin de semaine avec le médecin a pour but d’orienter le curiste vers le sport qu’il pourra pratiquer, sans baisser les bras, une fois rentré chez lui. Car tout le challenge de cette cure, c’est de ne pas être une simple parenthèse sportive, mais un véritable starter pour commencer une nouvelle vie dans laquelle le sport aura une place privilégiée.
Brigitte-Fanny COHEN
Pour en savoir plus : http://www.thalasso-tourelles.comtourelles@relaisthalasso.com